L’amour à distance

Ça y est, je suis en amour. Et pas avec n’importe qui, un Européen, plus particulièrement, un Espagnol. Nous nous sommes rencontrés en voyage, dans le Sud. Et je vous dis, je n’étais pas allée là pour ça. Mais quand l’amour frappe, il frappe pour de vrai.

J’étais donc sur le bord de la plage, sirotant tranquillement mon Daïkiri avec une amie. On était vraiment en mode vacances. Elle était en mode séduction, mais pas moi. Mon but premier : relaxer, un point c’est tout.

Elle a vu de jeunes hommes non loin de nous, et a décidé d’aller leur faire un brin de jasette. De mon côté, je préférais de loin continuer à me faire griller la couenne au soleil. Je l’ai donc attendu sous le parasol.

Elle est revenue me disant qu’il y avait un gars hyper charmant, et qu’elle aimerait beaucoup aller souper avec lui (et ses amis, accessoirement), surtout qu’ils connaissaient un endroit super bien pour aller manger du poisson.

Je m’y suis donc rendue à contrecoeur, et là j’ai la connaissance d’un homme extrêmement gentil pour qui j’ai, pratiquement sur le coup, eu le béguin. Il était doux, calme et drôle. Le genre de personnalité qui me plaît bien.

Nous avons donc passé le reste de nos vacances ensemble, et ma copine avec son mec. Ce genre de moment féerique que tu ne veux pas qui arrête. Mais nous avons vite retrouvé nos habitudes : moi de retour à gérer l’équipe du département de soumission couvreur Vaudreuil-Dorion, et tous les gars de construction de l’entreprise de mon père (je suis en train de reprendre les rênes), lui et son travail de banquier, dans son Espagne natal.

Oui, c’est vrai, un océan nous sépare, mais nous croyons vraiment à notre idylle de vacances, et nous nous demandons comment nous pourrons faire vivre notre relation pour la suite. 

Est-ce que l’un des deux déménagera ? C’est évidemment la plus grande question. Pour le moment, il vient faire son tour à Montréal. On verra bien ce que ce nouveau contact donnera.