Des œuvres littéraires indispensables

Des œuvres littéraires indispensables - Tommie Steen

Avec une amie, nous échangeons souvent des livres. Elle m’a passé récemment une pièce de Pasolini, et je lui ai prêté Une histoire de la lecture, d’Alberto Manguel. C’est plus qu’un livre de chevet, cet ouvrage, à mon sens. Je le reprends dès que je l’ai terminé, car il est devenu comme un ami. Cette œuvre explique les rapports que des lecteurs, comme Descartes, entre autres personnalités, entretiennent avec la lecture. Résumer ce livre si riche est impossible. Je mets environ un an à le lire, car il m’apporte tant de matières à réflexion, que je ne peux le dévorer comme je le fais avec les romans policiers. Un soir, avec cette amie aussi passionnée de lecture que moi, nous avons comparé les mérites d’œuvres incontournables de littérature fantastique et, plus précisément, du courant nommé fantasy. Évidemment, la puissance du Seigneur des Anneaux est telle, que je me replonge avec délectation dans cet univers souvent. C’est un livre que je lis, relis, encore et encore. Mon amie est plutôt adepte des romans d’Orson Scott Card. J’avais, moi aussi, adoré la plupart des œuvres de cet auteur.

Une fois, alors que je devais aller me faire soigner mes traitement des varices , je suis passée dans une petite librairie qui venait d’ouvrir. C’était mon amie avec qui je partageais ces discussions tournées vers la littérature qui m’en avait donné l’adresse. Je pénétrais dans un lieu clair, bien ordonné, aéré. Je laissais mon regard survoler les jaquettes des livres posés sur les présentoirs. Un roman dont j’avais entendu parler, mais que je n’avais jamais lu était posé sur une des tables. Une des vendeuses de la librairie, qui s’appelait Claire, avait mis un papier expliquant l’intérêt qu’elle portait à ce livre ; Notre-Dame-de-Paris, car c’était lui, avait, selon sa critique, tous les atouts d’un roman d’aventure, avec de nombreux rebondissements. Elle remarquait aussi que la psychologie des personnages était très importante dans l’œuvre de Victor Hugo, et que cela faisait de lui un auteur très moderne. Elle recommandait aussi la lecture de ses poésies et particulièrement des Contemplations. Je pris dons ces deux œuvres, et je me lançais dans leur lecture en même temps. J’aime avoir plusieurs livres en cours. Finalement, je lus Notre-Dame-de-Paris en quelques jours. J’avais été envoûtée par l’histoire et les personnages de ce livre. Le recueil de poésie m’accompagne partout, maintenant. Je l’ai dans mon sac, car il fait partie de mes « indispensables », au même titre que ma trousse de maquillage.